AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ⊱ GENTLEMEN PREFER BLONDES.

Aller en bas 
AuteurMessage
Sihem Harvels
NO WOMAN, NO CRY, HERE LITTLE DARLIN'
avatar

☇Messages : 331
☇Inscription : 15/09/2011
☇Crédits : avatar: shattered ◊ sign: enamors
☇Pseudo : Everest.
☇Statut : Célibataire.

Everybody, bottoms up!
Poste: Standardiste
Adress: /
Relations trouble:

MessageSujet: ⊱ GENTLEMEN PREFER BLONDES.   Sam 8 Oct - 19:14

Harvels, Sihem
crédits: faye-chamberlains


○ turned water into wine

NOM, PRENOM ► Harvels, Sihem. Son prénom lui a été accordé en honneur à ses origines musulmanes, de par ses grands parents maternels. DATE ET LIEU DE NAISSANCE ► Elle est née le 2 janvier 1928 à Chicago. ÂGE ► Elle a fêté ses trente-cinq ans, cette année. ORIGINES, NATIONALITE ► Elle compte parmi ses origines des racines algériennes, du côté de sa mère, mais aussi écossaises, de l’autre côté. Cependant, étant née sur la terre de l’Illinois, elle détient la nationalité américaine. FONCTION ► Elle est standardiste, dans la rubrique Lecteurs. Son métier consiste à écouter les anecdotes des lecteurs qui appellent le magazine, à leur fournir des conseils et à retranscrire leurs histoires, avant que le rédacteur en chef de la rubrique ne les publie le lendemain. STATUT ► Elle est officiellement célibataire. TRAITS DE CARACTERE ► Mystérieuse, dépressive, libertine, franche, sérieuse, charmeuse, lunatique, bipolaire, très difficile à cerner pour ses collègues. POURQUOI THE CHICAGOES ET PAS UN AUTRE MAGAZINE ? ► Sihem a toujours été élevée avec ce magazine. Le matin, avant de partir à l’école, elle ne pouvait s’empêcher de jeter un œil à son père qui lisait les grandes lignes du Chicagoes. C’était le seul moment de la journée où elle le voyait et elle ne savait pas à quel point ces instants à le regarder lire, silencieux, resterait gravé dans sa mémoire.

○ sparkling through the dark night

Sihem a principalement vécu avec sa mère, qui a sacrifié sa vie professionnelle pour le bien d’elle et de son frère. Elle n’a jamais vraiment partagé de souvenir avec son père, qui travaillait très dur dans une usine. Malgré leur bonne situation financière, il était en quelque sorte accro au travail et a toujours privilégié son emploi, face à sa famille, ce dont Sihem lui en a toujours voulu. ☋ Ses parents sont morts il y a de ça quelques mois, à quelques semaines d’intervalles. ☋ Même si elle a toujours été de nature dépressive, Sihem ne s’est jamais vraiment remise de la mort de sa mère. C’est encore une épreuve très difficile aujourd’hui, de venir au bureau et de faire comme si de rien n’était. Elle n’évoque jamais sa famille car elle a peur de fondre en larmes en public, ce dont elle aurait honte. ☋ Lorsqu’elle était jeune, elle rêvait d’être chanteuse et elle possède par ailleurs une très belle voix, gracieuse et rauque, à la manière d’une chanteuse de jazz. Cependant, sa mère, anciennement chanteuse de cabaret, a tenté de l’éloigner de ce milieu, qu’elle trouvait trop dangereux pour sa fille. ☋ Malgré son emploi et le rôle qu’elle détient de devoir conseiller les lecteurs et de les sortir de leurs histoires, elle-même ne s’en sort pas. Mais elle se débrouille bien mieux lorsqu’elle essaie d’arranger la vie des autres, plutôt que la sienne… ☋ Elle est très active et ne supporte pas les regards pesants des hommes qui se posent sur elle. Elle défend la cause des femmes et ne laisse pas faire ceux qui considèrent les femmes comme des objets de pure consommation. Elle songe par ailleurs à fonder une association de défense des droits des femmes, soutenue par ses collègues féminins mais fermement contestée par ses autres collègues masculins. ☋ Malgré la sombre période qu'elle endure et la dépression dont elle essaie de se débattre, Sihem reste une femme très forte et digne de confiance. Ses collègues aiment (peut-être un peu trop) se confier à elle mais ce qu'elle aime par-dessus tout, c'est organiser des farces entre collègues. ☋ Depuis son enfance, elle passe son temps à se battre avec son petit frère, qui, malgré son plus jeune âge, parvient toujours à la battre. ☋ Elle et son frère sont les parfaites opposées, au niveau psychologique, ce qui ne les empêche pas de s'aimer et s'entraider vingt-quatre heures sur vingt-quatre, si bien que son frère aussi travaille au Chicagoes. Ils habitent dans le même appartement, même s'ils ne se voient presque jamais, hormis au travail. ☋ Quand elle était plus jeune, elle aimait bien fuguer de temps à autre afin de rendre compte ses parents de son absence et de manifester son besoin d'affection et d'attention, en particulier venant de son père. ☋ Elle est récemment tombée enceinte de son plus proche ami, qui vient de perdre sa femme. Tous deux avaient couché ensemble, ils le voulaient mais peu après, ils s'en voulurent car ceci était synonyme de trahison pour sa défunte femme. Ce qu'ils n'avaient pas prévu, c'est que Sihem tomberait enceinte. Pour le moment, Niels n'en sait rien mais il est bientôt temps de lui dire, avant qu'il ne le découvre par lui-même...


○ he made love a crime

PSEUDO/PRENOM ► Everest/Floriane. AVATAR ► Kate Beckinsale. COMMENTAIRES/DEDICACES ► YES LA MIFA! Laughing


Dernière édition par Sihem Harvels le Lun 31 Oct - 11:05, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ratherthanmoney.forumgratuit.org
Sihem Harvels
NO WOMAN, NO CRY, HERE LITTLE DARLIN'
avatar

☇Messages : 331
☇Inscription : 15/09/2011
☇Crédits : avatar: shattered ◊ sign: enamors
☇Pseudo : Everest.
☇Statut : Célibataire.

Everybody, bottoms up!
Poste: Standardiste
Adress: /
Relations trouble:

MessageSujet: Re: ⊱ GENTLEMEN PREFER BLONDES.   Sam 8 Oct - 19:20


thanks to letsgetfoxy, found on tumblr

‘fly me and i follow you’
niels burughs' apartment

La nuit était tombée sur les hauteurs de Chicago. Sihem contourna la longue avenue principale, trébuchant à plusieurs reprises dans sa robe rouge carmin. Elle baissa les yeux lorsqu’elle atteignit un quartier malfamé et entretenu par les gangs de rue, et arriva quelques dizaines de minutes après, jusqu’à l’appartement de Niels Burughs. Elle monta quelques marches et parvint jusqu’au perron. Elle jeta un œil à ses chaussures. Elle avait d’immenses ampoules aux pieds et ses jambes étaient presque noires de pollution. C’en était un trajet de venir du bureau au domicile de son collègue, le soleil couché… Son doigt se posa délicatement sur la sonnette, sur laquelle était gravé le nom ‘Niels Burughs’, et une sonnerie violente retentit en écho. Cette sonnerie, elle la connaissait bien depuis le temps. Elle ne comptait plus les jours durant lesquels elle fit ce long voyage jusqu’ici pour appuyer sur ce minuscule bouton et attendre ici. Elle ne faisait qu’attendre. Bizarrement, elle savait pertinemment qu’il ne lui répondrait pas. Il devait être en train de fumer son énième paquet de gauloises, allongé sur le sol glacé. Sihem plongea sa main sous sa robe pour en faire ressortir un plat recouvert de papier aluminium. Elle le posa sur le sol et tourna les talons. Elle savait qu’il était inutile de rester davantage. Jamais il ne lui ouvrirait sa porte, malgré tous les efforts fournis. Jamais il ne remettrait sa fierté en question et la remercierait. Sihem le savait, mais elle continuait à venir, chaque jour. Pourquoi ? Pourquoi lutter pour l’aider, alors que lui-même ne s’en donne pas la peine ? Après tout, qu’a-t-il fait pour elle ? N’a-t-il jamais manifesté quelque sentiment pour elle ? Il n’exprimait pas la moindre gratitude, pas la moindre reconnaissance. Alors pourquoi persistait-elle ? Il ne parlait même pas. Comment aurait-elle pu savoir ce qui était bon ou mal pour lui ? Elle descendit doucement les marches et s’assit sur la dernière, agacée. Elle n’avait plus qu’à repartir chez elle, à l’extrême opposé de son appartement, et recommençait ce cercle vicieux. Demain, elle reviendrait au même endroit, au même moment. Ou peut-être pas.
[…]

Cela faisait quelques jours qu’elle ne venait plus. Une semaine pour être exact. Elle n’avait plus la force d’arpenter ces rues tout en sachant qu’il ne lui ouvrirait pas. Elle n’avait plus le courage de traverser la ville pour ne recevoir qu’en guise de remerciement des marmonnements. Elle n’était pas venue. Le soir, en rentrant du travail, elle n’était pas allée chez lui. Elle avait pris la direction opposée et était revenue chez elle. Cependant, ses angoisses n’étaient pas calmées. Elle croyait fermement qu’elle n’aurait qu’à l’oublier pour ne plus souffrir. Mais pourquoi donc avait-elle cette douleur au creux du ventre ? Pourquoi donc ne dormait-elle plus la nuit ? Pourquoi donc devait-elle-même se lever et marcher des heures durant pour se calmer ? Elle n’avait pas de réponses à toutes ces questions. Seulement, elle savait qu’elle devait y retourner. Simplement y aller. S’approcher de la porte. Ressentir sa présence. Se laisser glisser contre la porte, découragée. Mais elle devait y retourner, peut-être par fierté. Elle ne supportait pas être considérée comme cela par Niels. Elle ne supportait pas qu’il soit dans un état pareil. Sa douleur n’était peut-être pas comparable à la sienne, mais il fallait qu’il se ressaisisse. Sihem s’en était crue capable. Elle avait vite déchanté. Elle marcha le long d’une petite rue commerçante et jeta un œil aux étalages installés à ses côtés. Tous les commerces étaient clos, fermés, verrouillés, alors que le soleil tirait sa révérence. Pour une fois, elle n’avait pas peur. Elle n’avait pas peur de passer devant les gangs de la ville, de passer entre deux bagarres de rues… Elle était sereine. Elle grimpa les marches quatre à quatre et atteignit le palier de la porte en une poignée de secondes. Ses pieds semblaient en pleine forme. Elle n’avait pas de plat préparé, cette fois. Elle ne l’avait oublié. Elle voulait simplement qu’il comprenne qu’elle ne venait pas pour ça. Elle s’assit contre la porte en silence. Elle ne voulait pas qu’il remarque sa présence. Elle voulait simplement partager un petit peu de sa vie – du moins ce qu’il en restait. Soudain, alors que sa tête se posait allégrement sur la porte en bois, elle entendit un son de clés à l’intérieur et la porte s’ouvrit précipitamment, la projetant alors au bas des escaliers. Elle avait mal mais sa surprise était telle qu’elle ignora sa douleur. Devant ses yeux, Niels Burughs était en costard. Il la fixait, lui aussi surpris. Il lui tendit sa main, qu’elle saisit pour se relever. « Que fais-tu là ? » demanda Niels, d’un ton méfiant. Il n’était pas encore tout à fait remis de la mort de sa femme. De grandes cernes soulignaient son regard, et son visage était si pâle qu’il semblait contraster avec la nuit. « Et toi, que fais-tu là ? » dit-elle, d’une voix toute aussi menaçante. Les commissures de ses lèvres se relevèrent, et il sourit. Pour la première fois depuis longtemps, il sourit. Il s’assit sur les escaliers, tandis qu’elle l’imitait et il ferma les yeux, comme pour savourer la nuit fraîche qui s’entamait à peine. « Je… Je venais te chercher, en fait. » murmura-t-il sans ouvrir les yeux, comme pour éviter ses regards. Sihem fronça les sourcils. Venir la chercher ? C’était tout juste s’il savait où elle habitait… Elle ne voyait pas non plus de raisons pour lesquelles il serait venu la chercher. C’était sûrement de la fausse flatterie. Ca ne pouvait être que ça. Il rouvrit les yeux et la fixa. « Merci. » dit-il finalement en se relevant et en commençant à marcher vers le centre-ville. Comme Sihem l’observait d’un regard interrogateur, il ajouta « Je vais voir le patron, histoire de me faire réengager… » avec un sourire gêné. Sihem continua de le regarder de la même manière et haussa les sourcils. Il comprit aussitôt et baissa les yeux. « Merci pour tout ce que tu as fait, et merci d’être là, je voulais dire… » murmura-t-il d’une voix à peine audible, tandis qu’il disparaissait dans la nuit sombre.


Dernière édition par Sihem Harvels le Mar 1 Nov - 12:59, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ratherthanmoney.forumgratuit.org
Ginger Chaplain
DEARBOYMark my heart, throw away the key, fill my love with ecstasy.
avatar

☇Messages : 407
☇Inscription : 28/09/2011
☇Crédits : Ⓒ gingercat. (avatar) ◮ lyrics from judy bridgewater Ⓒ icons from welt-herrschaft and vanidades (lj)
☇Pseudo : Calvaries, Rusty.
☇Statut : Bientôt fiancée.

Everybody, bottoms up!
Poste: Assistante.
Adress: #697, Little Italy.
Relations trouble:

MessageSujet: Re: ⊱ GENTLEMEN PREFER BLONDES.   Dim 9 Oct - 12:10

BUT REAL MAN PREFER BROWN.

_________________

Mark my heart, throw away the key
Fill my love, with ecstasy
Bind my heart, with your warm embrace
And tell me no one, will ever take my place

JUDY BRIDGEWATER ~ never let me go.
icons @ welt-herrschaft and vanidades
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dex Alcotts
YOUR ABSENCE CRIES LIKE A SILENT SONG.
avatar

☇Messages : 304
☇Inscription : 29/09/2011
☇Crédits : © calvaries (avatar) ✩ fuckyeaharmiehammer (sign).
☇Pseudo : dipsy/lika.
☇Statut : ✩ célibataire.

Everybody, bottoms up!
Poste: ✩ assistant. (économie)
Adress: #740, mag mile.
Relations trouble:

MessageSujet: Re: ⊱ GENTLEMEN PREFER BLONDES.   Dim 9 Oct - 12:12

Ginger Chaplain a écrit:
BUT REAL MAN PREFER BROWN.

Tutafé.

Quoi qu'il en soit, j'ai plus que hâte de voir ce que tu vas faire de ta Sihem.

_________________

◗ YOU'VE GIVEN ME A CHANCE TO SEE YOUR LIGHT
When it stops, choices are few.
It's just me and you.
Give me what I need to live.
Help me come to you.

the rapture ∮ how deep is your love ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dharma-initiative.forumgratuit.org
Daisy McKirdy
I COULDN'T STAY AWAY, I COULDN'T FIGHT IT.
avatar

☇Messages : 180
☇Inscription : 28/09/2011
☇Crédits : calvaries (avatar) / dianna-meads @tumblr (sign).
☇Pseudo : mellow bird.

Everybody, bottoms up!
Poste: assistante (politique).
Adress: #1241, mag mile.
Relations trouble:

MessageSujet: Re: ⊱ GENTLEMEN PREFER BLONDES.   Dim 9 Oct - 12:23

Nance Menken a écrit:
Ginger Chaplain a écrit:
BUT REAL MAN PREFER BROWN.

Tutafé.
Les écoute pas.

_________________

YOU MADE IT CLEAR, YOU WEREN'T NEAR,
NEAR ENOUGH FOR ME.

Heart skipped a beat and
when I caught it you were out of reach.
But I'm sure, I'm sure you've heard it before.

lyrics > the xx - heart skipped a beat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sihem Harvels
NO WOMAN, NO CRY, HERE LITTLE DARLIN'
avatar

☇Messages : 331
☇Inscription : 15/09/2011
☇Crédits : avatar: shattered ◊ sign: enamors
☇Pseudo : Everest.
☇Statut : Célibataire.

Everybody, bottoms up!
Poste: Standardiste
Adress: /
Relations trouble:

MessageSujet: Re: ⊱ GENTLEMEN PREFER BLONDES.   Dim 9 Oct - 16:42

T'inquiète Charlotte, on les domine tous (en temps normal, je défendrai les brunes hein), et en plus c'est la phrase écrite sur mon coussin Marilyn Monroe donc respect, ok ? tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ratherthanmoney.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ⊱ GENTLEMEN PREFER BLONDES.   

Revenir en haut Aller en bas
 
⊱ GENTLEMEN PREFER BLONDES.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dans quel ordre faut il proceder

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHICAGOES :: The Casting :: job interview :: Embauchés-
Sauter vers: