AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 two pearls in a hurly-burly. ► ROXIE/GINGER

Aller en bas 
AuteurMessage
Ginger Chaplain
DEARBOYMark my heart, throw away the key, fill my love with ecstasy.
avatar

☇Messages : 407
☇Inscription : 28/09/2011
☇Crédits : Ⓒ gingercat. (avatar) ◮ lyrics from judy bridgewater Ⓒ icons from welt-herrschaft and vanidades (lj)
☇Pseudo : Calvaries, Rusty.
☇Statut : Bientôt fiancée.

Everybody, bottoms up!
Poste: Assistante.
Adress: #697, Little Italy.
Relations trouble:

MessageSujet: two pearls in a hurly-burly. ► ROXIE/GINGER   Sam 5 Nov - 12:49


C R E D I T S @ S P R I I N K S & P I G A L L E



one jack one marshalls boy

Une femme dansait près du musicien. Elle portait une petite robe en tulle décoré de petites perles qui s’agitaient constamment. Elle avait un style assez ancien tel celui des années de l’entre guerre. Ginger était assise à une table, les jambes croisées son pied droit tapait le rythme entraînant de la musique. Les lumières tamisées du lieu ne laissaient pas bien apercevoir les visages des autres clients, mais il était visible par leur chapeau que la plupart étaient des hommes. La jeune femme s’était assise dans un coin de la pièce, à quelques mètres de la scène où les musiciens avaient tout juste commencé à jouer. Elle s’alluma une cigarette et interpella ses voisins à la table de derrière qui disposaient d’un cendrier, mais qui ne semblaient pas fumer. « Excusez-moi, en aurez-vous besoin ? » Demanda-t-elle d’un voix douce en désignant la petite coupelle en verre. L’homme, qui avait le bras enlacé autour de sa femme, secoua la tête en lui adressant un charmant sourire. Il lui tendit le cendrier, elle le remercia et y fit réceptionner sa cendre qui s’y faisait attendre depuis le début.
Son amie Roxie devait venir la rejoindre dès qu’elle aurait fini de taper l’article qu’elle devait rendre le lendemain. Ginger était du genre à vouloir sortir tous les soirs, mais peu de personnes dans son entourage n’était assez motivée et pensait plus à leurs boulots qu’à leur plaisir de vivre. La jeune brune avait rarement du boulot à faire chez elle, à vrai dire elle en avait peu. Sa rédactrice la connaissait bien, elle savait que Ginger n’était pas une mordue du travail et lui facilitait la tâche en lui donnant des rédactions et des recherches faciles. Elle ne s’en plaignait pas bien sûr, et tous le monde savait à qu’elle point elle avait une grande motivation à travailler… Beaucoup de personnes au sein du journal trouvent qu’elle exagère parfois car dehors, des personnes pourraient donner n’importe quoi pour avoir son poste. Et bien ces gens-là, Ginger leur disait s’aller se faire voir. Elle savait qu’elle avait de la chance d’avoir été prise, mais ce n’était pas pour cela qu’elle aller devoir changer complètement, elle fut prise ainsi, elle travaillera donc ainsi. C’était sa philosophie.

Cela faisait une bonne demi-heure que la jeune femme était assise là, Roxie n’allait pas tarder. Les musiciens commençaient à bien s’entendre, la musique fonctionnait plutôt bien. C’est le genre de soucis que certains jazzmans peuvent avoir lors des concerts live de Jazz, ils ne se connaissent pas et doivent se faire confiance sans rien savoir de l’autre pour que la musique fasse d’elle même. Ce trio était absolument divin, ils étaient tous originaires de la Nouvelle-Orléans, la région du jazz mélancolique, un jazz écrit sur un rocking-chair protégé sous un portique en bois des pluies violentes. Soudain, la chaise voisine à la sienne se tira, un homme voulu s’asseoir. Il salua Ginger et lui demanda ce qu’elle voulait boire. Alors que celui-ci était encore debout, la chaise qu’il tenait par le haut du dossier fut tirée en arrière par une petite blondinette. « Excusez moi, cette place est prise ! » « Vous m’en voyez navrée, nous souhaiterions écouter le concert ! » Le visage de l’homme se froissa, il pris son chapeau et le remit sur son crâne pour s’en aller vers l’autre bout du bar, dans la pénombre. « Il est bien gonflé ce type ! Je t’en dois une belle ! » Elles riaient du pauvre homme qu’elles avaient repoussé si sèchement. « Bon qu’est-ce que tu bois ? » Dit-elle le sourire aux lèvres. Elle attrapa le paquet de cigarettes se trouvant au coin de la table et s’en alluma une. Elle tendit le paquet encore ouvert vers son amie pour lui en proposer une.

_________________

Mark my heart, throw away the key
Fill my love, with ecstasy
Bind my heart, with your warm embrace
And tell me no one, will ever take my place

JUDY BRIDGEWATER ~ never let me go.
icons @ welt-herrschaft and vanidades
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
two pearls in a hurly-burly. ► ROXIE/GINGER
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHICAGOES :: Chicago :: magnificence mile :: blue crab lounge-
Sauter vers: